novembre 17, 2018
Actualités

Entre E. Leblanc, U. Antoine et I. St-Fleur, le pays retient son souffle jusqu’à mardi

Plus de deux semaines après la démission du Premier ministre Jack Guy Lafontant, les consultations se poursuivent au Palais national. Jour après jour, semaine après semaine, le president Jovenel Moïse rencontre toute une panoplie de secteurs en vue d’avoir des idées plus claires dans le cadre de la nomination du prochain chef du gouvernement.

Après moult négociations, le président semble se faire une idée plus juste du profil du personage qu’il souhaite voir a la tête de la Primature. Entre un politique, fin connaisseur du terrain, ancien président de l’Assemblée nationale et chef de parti ou un pur technicien, ancien coordonnateur général de l’Office de Management des Ressources humaines (OMRH) et actuel directeur executif du Conseil Electoral Provisoire ou un inconnu du terrain politique, ancien candidat à la députation et actuel directeur général du BMPAD, le coeur du président de la République balance.

Sauf surprise, le nom du prochain chef du gouvernement sera être connu lundi soir ou mardi au plus tard selon une source au Palais national requérant l’anonymat. Et l’un de ces trois prétendants devraient être le prochain numéro deux du pouvoir exécutif. D’ailleurs, le président a déjà rencontré ces trois personnalités séparément et à plusieurs reprises dans le cadre des consultations entamées depuis déjà 15 jours.

Une occasion ratée pour Evans Paul

Le locataire du Palais national, dans son souci de pacifier la rue et de retrouver un peu de calme dans les quartiers, semblerait pencher pour un politique d’une grande experience. L’ex-Premier ministre de Martelly a été bien vu par plusieurs secteurs de la vie nationale. De nombreuses personnalités ont opté pour un retour de Evans Paul à la Primature. Mais le fondateur du parti KID est bloqué.

Le problème de décharge reste et demeure un blocage sérieux pour des personnalités ayant servi l’Etat dans le passé. K-Plume a déjà eu un rapport favorable à la Cour des comptes et du contentieux administratif. Son dossier a été transféré au Parlement auxfins d’être sanctionné. Cependant, cela peut prendre plus de temps que prévu, vu que la question de décharge qui est purement administrative constitue une arme politque et même de chantage pour des parlementaires.

Dans l’intervalle, l’usure du temps se fait sentir. Les consultations sont donc trop longues tancent certains secteurs. Le president Moïse qui devrait apprendre beaucoup de ces 17 mois passés au pouvoir. Que de fautes ont été commises. Que d’erreurs à corriger. Le prochain Premier ministre devra être le contraire de Jack Guy Lafontant. Cohabiter avec le president oui. Mais pas comme un amorphe ou un béni oui-oui. Mardi, c’est dans quelques heures. Attendons voir.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *