novembre 17, 2018
Uncategorized

Possible augmentation du prix des produits pétroliers, le gouvernement dément

Il n’y aura pas augmentation de prix du carburant sur le marché local. Le ministre de l’Economie et des finances en a rassuré, ce jeudi 8 novembre, lors d’un point de presse tenu au Ministère de la Communication. Monsieur Ronald Décembre qui, lors d’une rencontre de travail avec les journalistes, avait expliqué qu’il est une nécessité pour le gouvernement de monter dans les mois à venir le prix du carburant, mais n’a jamais déclaré que le gouvernement envisage de monter le prix du carburant à la pompe. L’ancien secrétaire d’Etat aux Finances s’en prend aux médias qui ont publié des informations faisant croire que toutes les dispositions avaient été déjà prises pour augmenter le prix du carburant. Ronald Décembre promet de continuer à travailler avec les médias pour une meilleure compréhension des informations liées à la question économique.

Le grand argentier de la République qui explique que le gouvernement ne comptait pas entrer dans cette dynamique, cite pour preuve le budget 18-19 qui est revu à la baisse. Selon lui, si le budget est revu à la baisse cela s’explique par le fait que la perception de taxe sur le pétrole devient tout simplement un manque à gagner pour le gouvernement, soit un montant de Vingt (20) milliards de gourdes. Monsieur Décembre insiste sur la nécessité pour qu’il ait de vraies réflexions dans le pays sur les dossiers économiques. Car estime-t-il, la subvention des produits pétroliers n’est profitable qu’à un petit groupe et le gros de la population n’en a pas tirer profit.

Alors qu’une source fiable confirmait, hier, que le gouvernement allait augmenter le prix des produits pétroliers, le secteur démocratique et populaire avait lancé une mise en garde contre les velléités de l’administration Moise –Céant de revoir à la hausse le prix du carburant. Et de fait, le ministre Décembre en a fait l’annonce. Le gouvernement semble tirer les leçons des événements du 6 et 7 juillet dernier où cette même question avait soulevé la colère de la population et qui a valu au président la démission in extremis de son premier, Jack Guy Lafontant, l’incendie et le pillage de nombreuses maisons de commerce au niveau de la capitale.

Mauryle AZAINE/Radio metronome

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *