décembre 4, 2020
Nationale

Et si le sénateur Patrice Dumont montrait la voie à ses pairs?

Depuis la saga de la génératrice du sénateur Ricard Pierre et celle concernant la faramineuse somme pour la location de la luxueuse maison pour le président de l’Assemblée nationale, le parlement semble vivre une autre époque. La vertu est le maître-mot au bord de la mer. C’est le temps des coupes budgétaires. C’est aussi celui de l’austerité. Et si ce vent soufflait une nouvelle ère au bicentenaire?
Cependant, le senateur de l’Ouest Pierre Paul Patrice Dumont tentait, peut-être vainement, d’insufler ce virage au Sénat de la République. D’abord, il avait pété les plombs en apprenant que plusieurs dizianes de voitures sont louées pour des parlementaires à raison de 200 USD le jour chacune. Ce choc avait forcé le sénateur à remettre une voiture louée mise à sa disposition en attendant que la sienne soit disponible. M. Dumont ne faisait que commencer à connaitre les largesses de l’institution à laquelle il venait d’appartenir.
Le brilliant chroniqueur sportif a, dans une lettre, datée du mercredi 25 juillet, demandé au ministre de l’Economie et des Finances, Jude Alix P. Salomon, d’annuler tous les chèques émis en son nom sous la rubrique “subvention”. Il avait demandé à la questure de régler cette affaire, mais quand il a constaté que rien n’a été fait, il les a lui même annulés avant de les retourner au trésor public.
Les Sénateurs avaient dégagé dans la rubrique “Subvention” 5 millions de gourdes par père cosncrit en raison d’un million pour 5 grandes occasions au cours de l’année. Face à ce tohu-bohu orchestré ces derniers jours contre les privilèges bien trop luxueux accordés aux sénateurs de la République, le débat est plus que jamais à l’ordre du jour. Le geste du sénateur Dumont vient démontrer que le bon exemple peut venir de l’intérieur.

Related Posts