novembre 29, 2020
Actualités

La Police est aux abonnés absents à Petite Rivière de l’Artibonite

Depuis l’attaque perpétrée contre le commissariat de la commune de Petite Rivière de l’Artibonite dans la nuit du jeudi 18 avril dernier, les policiers ont pris la poutre d’escampetre. Aucun policier n’est donc remarqué au niveau de la zone. Un calme apparent mais suspect est donc observé. Mais la peur est encore au ventre. La population parait encore très paniquée.

Après que des bandits armés ont fait parlé la poudre pendant près de 3 heures contre le commissariat de cette ville, la situation n’est toujours pas revenue à la normale. Des policiers de plusieurs unités spécialisées avaient fait un passage éclair le samedi 20 avril dernier pour une évaluation des dégâts. Depuis, la Police est aux abonnés absents. Aucun bilan définitif n’est communiqué. Un inspecteur de police en était sorti blessé selon la version officielle des faits.

Cependant, des rumeurs pertinentes ont toujours fait croire qu’il y aurait d’autres victimes dans les rangs de la PNH. Contrairement à l’annonce du porte parole de la Police nationale, le commissaire Michel Ange Louis Jeune, la présence des forces policières ne s’est toujours pas faite remarquée. Le secrétaire d’Etat à la Sécurité publique, Léon Ronsard St Cyr, avait tenté de minimiser les faits et calmer les esprits. Par contre, la réalité est tout le contraire selon les travailleurs de la presse présents sur le terrain.

Petite Rivière de l’Artibonite reste toujours sur le qui-vive 4 jours après. Les bandits menacent jour et nuit. Ils opèrent en toute quiétude. La PNH parait dépassée par les évènements. La population n’est pas rassurée. L’Artibonite est devenu depuis plusieurs mois un foyer de tension et de violence. Le bandit notoire Arnel Joseph y réside et décide de prendre en otage les population du Bas-Artibonite.

Related Posts