septembre 18, 2020
Actualités

Les Titres de l’actualité du mardi 19 février 2019

Le vice délégué de l’arrondissement de Jacmel annonce la reprise totale des activités scolaires dès demain mercredi 20 février. Helson Royal assure que des mesures sont déjà prises en ce sens. Le représentant de l’exécutif dans l’arrondissement de Jacmel demande aux parents d’envoyer leurs enfants à l’école.

Le directeur départemental de l’éducation du sud-est, Emmanuel Nicaisse plaide en faveur d’un front commun entre plusieurs secteurs pour faciliter la reprise des activités scolaires à partir de ce mardi dans l’arrondissement de Jacmel. Monsieur Nicaisse estime que le droit de manifester doit être exercé dans le respect des activités scolaires. Soulignons que les portes des écoles de Jacmel sont tout de même restées fermées ce mardi.

Le numéro 1 de l’éducation s’est aussi prononcé sur la crise que traverse le Lycée Pinchinat de Jacmel. Emmanuel Nicaisse informe qu’il a déjà rencontré certains professeurs dans le but de dégager une entente. Il demande aux enseignants de reprendre leur travail en attendant que leur chèque et leur lettre de nomination leur soient délivrés.

La délégation de l’Artibonite et les directeurs départementaux de cette zone ont concerté, hier lundi 18 février, dans l’idée de reprendre leurs activités, comme le veut le gouvernement central. Le délégué de l’Artibonite, Herby Dalencourt annonce que des efforts sont en cours en ce sens.

La plateforme Fòs pou Rekanpe Latibonit (FORELA) demande à la population des 10 départements du pays de continuer à se mobiliser jusqu’à ce que le président Jovenel Moise quitte le pouvoir.

Le PDG du centre culturel Felix Morisso Leroy, Ilrique Perrin, exprime sa préoccupation par rapport à l’accès difficile à l’eau potable dans la commune de Grand-Gosier. L’unique source de la commune est desséchée depuis plusieurs années. Présentant un tableau sombre des péripéties que connait la population pour se procurer de l’eau, Ilrique Perrin demande aux autorités de l’Etat, notamment la Dinepa, d’intervenir a Grand-Gosier.

Jean Julien Lafortune, alias Dj Paff, 29 ans, père de 3 enfants, a succombé après être atteint de 2 projectiles, le dimanche 17 février dernier, à la rue St Cyr. Selon le juge de Paix, Kedler Adescar, la victime a été touchée à la poitrine et au dos. L’officier de la police judiciaire annonce que les suites légales seront bientôt entreprises.
Le cousin de la victime, Kenley Boregat, retrace les circonstances dans lesquelles Jean Julien Lafortune a trouvé la mort. Il explique que l’incident est survenu au moment ou la victime, accompagnée d’un groupe d’amis, s’est rendue à l’ endroit où entreposait une barricade.
En réaction à cet acte d’assassinat, plusieurs Dj de la ville de Jacmel disent déplorer la mort de leur confrère. Dans une conférence de presse, ce mardi 19 février, sur la place Toussaint Louverture, ces Dj annoncent la tenue d’une marche pacifique, prévue pour le jeudi 21 février prochain à 4 heures de l’après-midi. Cette marche vise à exiger à la police et à la justice de prendre en main leur responsabilité dans cette affaire.

Le vice-délégué de l’arrondissement de Jacmel Helson Royal adresse ses sympathies aux parents de Jean Julien Lafortune. Le représentant de l’exécutif demande à la police et à la justice de travailler en vue de faire la lumière sur ce dossier. D’autre part, le vice-délégué Helson Royal impute les actes de banditisme de ces derniers temps à l’instabilité sociopolitique du pays. M. Royal demande aux autorités policières du département de mener une enquête pour contrer la circulation d’armes illégales au sein de la ville.

Le collectif ‘’Anba Zanmann’’ dénonce les allégations selon lesquelles le collectif serait l’auteur de l’assassinat de Jean Julien Lafortune, alyas Dj Paff. Mushi Jean Baptiste, du collectif, dit déplorer la mort de la victime. Il demande à la justice de travailler à déterminer les vrais coupables. Par ailleurs, le collectif ‘’Anba Zanmann’’ se dit prêt à répondre aux questions de la justice dans le cadre de l’enquête sur cette affaire.

Le militant de défense des droits humains de la société Macaya, Jean Jeudy, se prononce sur la vague d’insécurité qui fait rage ces derniers temps à Jacmel. Le secrétaire de la SOMA encourage les parents des victimes à porter plainte auprès de la Section Départementale de la police judiciaire (SDPJ) afin de mobiliser l’action publique sur la sécurité de la population.

Le commissaire du gouvernement de Jacmel demande le concours de la population pour lui permettre de traquer les individus qui sèment la terreur dans la ville de Jacmel. Me Lionel Cherima dit travailler de concert avec la police pour garantir la sécurité de la population.

Related Posts