décembre 11, 2019
Actualités

Pour une réduction de la violence faite aux femmes, Fanm deside sensibilise les hommes

Par Walner OLIVIER

Ce dimanche 24 novembre 2019, comme à l’accoutumée, l’organisation féministe dénommée Fanm Deside de Jacmel a convié plusieurs dizaines d’hommes au Sant Sosyal Lakonbit, siège de ladite institution à un échange dans sa lutte contre la violence faite aux femmes et aux filles. Une activité tenue à la veille de ses seize journées d’activités pour l’élimination des violences à l’égard des femmes. Nadia Lafleur activiste féministe travaillant au sein de l’institution et le sociologue Jean Léon Amboise ont intervenu pour animer cette rencontre.

« Depuis 2001 nous réunissons avec des hommes. Nous savons que la société est constituée d’hommes et de femmes. Notre lutte (contre les violences faites aux femmes) doit interpeller les deux genres >> a souligné Marie Ange Noël, coordonnatrice de Fanm Deside, assignant le bien-fondé de mobiliser le genre masculin afin de prendre part à ce grand combat. Intervention faite à la suite de la présentation pointue de cette structure organisationnelle par Loudgine Dauphin. « Les hommes en sont des véritables acteurs et sont fortement concernés. Ils doivent collaborer avec Fanm Deside», a renchéri la coordonnatrice.

« Y-a-t-il un traitement spécial pour les hommes, et un aussi pour les femmes à l’intérieur de la société?» Par cette ouverture interrogative, le professeur Jean Léon Amboise a entamé son intervention pour y répondre négativement indirectement. « Il faut se battre pour le respect de la dignité de l’humain. Qu’il soit homme ou femme. C’est un combat pour affronter les diverses idées, discours et pratiques affectant l’esprit et le corps des femmes», a soutenu le professeur Amboise.
Les deux intervenants ont sollicité les assistants à se prononcer sur les différents types de violence. Un calepin sur lequel est écrit chacun une forme de violence demande chaque homme d’en donner sa compréhension. Mise à part la violence physique, psychologique et le harcèlement, d’autres ont suscité des discussions logiquement enrichissantes. Le sociologue et l’activiste à chaque instant interviennent pour répondre aux questions.

Les participants expriment leur joie et connaissent la valeur de cet échange et se disent satisfaits en saluant les travaux cette organisation féministe. «A mon avis, c’est l’une des meilleures activités que Fanm Deside a choisi d’organiser. Souvent, les hommes pensent être supérieurs aux femmes. Aujourd’hui, on nous mobilise afin de briser cette barrière», a lâché Edens Jean-Baptiste, qui participait à cette causerie. Pour certains d’autres, cette rencontre est toute une formation. « J’ai beaucoup appris. Cela m’aidera à sensibiliser les gens se trouvant dans ma communauté en vue d’éliminer la violence», avoue Jean-Paul Anonce. J’arrive à comprendre que la violence n’est pas uniquement physique. Je suis maintenant un disciple de Fanm Deside pour contrecarrer ces différents type de violence», a declaré Pierre Dieusibon.

Cette rencontre louable de Fanm Deside a pris fin en permettant aux assistants de visionner un court-métrage appelant à se responsabiliser. Les participants ont conclu avec un pacte d’engagement pour contribuer à lutter contre la violence en ses diverses manifestations contre les femmes.

Related Posts