décembre 4, 2020
Nationale

Proposition de sortie de crise: OPL joue sa partition

Après les évènements du 6 au 8 juillet dernier ayant le Premier ministre Jack Guy Lafontant à se démettre de ses fonctions, les consultations commencent déjà. De conciliabules en conciliabules. Les tractations remplissent les journées des politiques. L’Organisation du Peuple en Lutte a fait, dans un document long de 7 pages, une proposition de sortie de crise en plus d’une quarantaine de points.

C’est un exercice auquel les Haïtiens s’habituent et aiment bien. Les noms pleuvent. Chacun fait sa petite liste. Il y a des noms habituels qui reviennent à chaque fois. Les parlementaires qui, depuis quelque temps, participent pleinement aux négociations, font monter les enchères. OPL connue dans le passé pour un parti structuré et capable de tenir une ligne politique solide, tente de sortir de sa léthargie en proposant au gouvernement un document pouvant l’aider à remonter cette pente.

D’abord, le parti de feu Gérard Pierre Charles propose de combler le vide gouvernemental en choisissant des personnalités issues des secteurs politiques et de la société ayant une grande dextérité politique capables de conduire le pays au bon port. Appuyé par une grande majorité de parlementaires, ce gouvernement aura un agenda politique clairement défini. Dans cette même veine, un panier de personnalités sera constinué en vue de choisir les membres du conseil électoral provisoire et du conseil constitutionnel.

En outre, l’Organisation du peuple en lutte opte pour un pacte politique avec des engagements fermes pris par tous les responsables au niveau du pays.

D’abord, le président de la République devra former un gouvernement de consensus avec des personnalités notoires. Ensuite, revoir les priorités et les inscrire dans le budget tout en considérant sur une base participative et constitutionnelle la formation du CEP et du Conseil constitutionnel.

Ensuite,
les présidents des deux chambres (avec le Chef de l’État) acceptent et prennent l’engagement de consolider une majorité parlementaire pour appuyer le nouveau gouvernement. Ils
choisissent des paniers de postulants les trois membres du CEP et du conseil constitutionnel.
L’OPL propose également de revoir le projet d’amendements de la constitution
en reconsidérant le budget national garant du pacte politique.

Enfin le président du conseil supérieur du pouvoir judiciaire (avec les présidents des autres pouvoirs) accepte et prend l’engagement de faire le vetting du personnel de l’appareil judiciaire
en assurant l’indépendance du pouvoir judiciaire. Il faut aussi
veiller à ce que les instances compétentes du pouvoir judiciaire en toute indépendance se saisissent et mènent à terme les affaires faisant scandale dans l’opinion publique qui attendent d’être jugées.

L’Organisation du Peuple en Lutte qui a participé au premier gouvernement du président Jovenel Moïse prend de plus en plus ses distances. Depuis l’arrivée du nouveau board de l’OPL, l’ancien sénateur Edgard Leblanc Fils tente de redorer le blason et de mettre sur une nouvelle orbite la grande OPL connue dans le temps.

Related Posts