décembre 13, 2018
Nationale

Les titres de l’actualité du mercredi 5 décembre 2018 sur radio métronome

Titres de l’actualité du mercredi 5 décembre 2018

Le Sénat de la République a convoqué hier mardi les membres du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN). Les discussions portaient principalement sur la situation d’insécurité qui prévaut dans le pays depuis plusieurs mois, particulièrement à Port-au-Prince où la criminalité et le banditisme à grande échelle règnent en maître dans certaines zones. L’on se rappelle que plusieurs centaines de personnes ont déjà perdu la vie depuis la montée de l’insécurité, selon le rapport de certaines organisations de droits humains. Les sénateurs ont exigé que le CSPN, dirigé par le Premier Ministre Jean Henry Céant, leur fournisse des explications sur les informations faisant croire que certaines autorités publiques protégeraient des bandits armés, empêchant ainsi à la police de mener des opérations pour contrecarrer ce phénomène.
Soulignons, entre autres, qu’aucune explication concrète n’est donnée sur l’identité des officiels qui auraient protégé ces bandits, malgré la promesse de certains parlementaires de la dévoiler.

Fin hier mardi, d’une visite de 4 jours d’une délégation de cadres du Ministère de l’Education Nationale dans le sud-est. Cette visite avait un double objectif : collecter les doléances de professeurs et personnels administratifs des différentes écoles nationales et lycées du département, ainsi que les données nécessaires à la nomination de ces professionnels de l’éducation.

Le président de la Fédération Nationale des Travailleurs de l’Education, René Prévil Joseph, faisait partie de cette délégation. Il explique que son rôle est de vérifier si l’enquête touche effectivement de véritables travailleurs du système éducatif. Le responsable de la FENATEC annonce que les syndicats continueront d’exiger du Ministère de l’éducation nationale la délivrance de leur lettre de nomination aux enseignants travaillant depuis plusieurs années.

Le coordonnateur de l’UJAPH Réseau Rhum Haïti pour la 4eme section Haut Grandou, Rigaud Laguerre, déplore la situation difficile dans laquelle se trouve les habitants de cette section. L’infrastructure sanitaire est quasi inexistante dans cette communauté, selon lui. Il reproche l’absence de la caravane du changement dans cette section.

Le tribunal de première instance de Jacmel a démarré sa session d’assise criminelle sans assistance de jury, le lundi 3 décembre dernier. Durant cette session, le tribunal criminel entendra 17 cas dont la majorité des chefs d’accusation se portent sur le vol, le viol, association de malfaiteurs et tentatives d’assassinat, selon les explications du doyen du tribunal Frantz Elmorin. L’administrateur A.I du tribunal de 1ere instance de Jacmel précise que toutes les mesures sont déjà prises pour permettre le bon déroulement de cette session d’assise. Cette dernière edt organisée en vue de diminuer le taux de détention préventive prolongée dans la juridiction.

Le maire de la commune de Jacmel Macky Kessa, déplore le phénomène de banditisme qui s’installe à Jacmel. Le magistrat Kessa met en cause la faiblesse de l’Etat et l’irresponsabilité des parents. Par ailleurs, le 1er citoyen de Jacmel lance une mise en garde à ceux qui sèment le trouble dans la ville. Il demande à la justice et à la police de prendre en main leur responsabilité, ce qui permettra à la population jacmelienne de passer une bonne fin d’année.

Des agents douaniers de la commune des Anses-à-Pitre expriment leur inquiétude par rapport au problème de l’insécurité, quelques jours après les évènements, qu’ils estiment malheureux, ayant entrainé la mort de plusieurs employés douaniers a Malpasse.

Malgré l’inauguration d’un centre de maternité, par la première dame Martine Moise depuis plusieurs mois déjà, les femmes enceintes de la commune des Anses-à-Pitre ne cessent de traverser la frontière pour aller accoucher en République Dominicaine.

Le coordonnateur de la 9eme section communale de Bainet, Salomon Laplante se dit inquiet de la montée de l’insécurité à Bas Grigri, ces derniers temps.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *