novembre 14, 2019
Actualités

Chambre députés: Mise mise en accusation évacuée, l’opposition dénonce une violation de la constitution

53 contre, 3 pour et 5 députés se sont abstenus, tel est le décompte du vote de la séance de mise en accusation du Président Jovenel Moïse. Il a fallu 12 heures de débat dans une salle de séance surchauffée mais refroidie par l’eau de pluie, car le toit de la salle de séance est troué, pour mettre fin à une séance qui suscitait passion et émotion. Les députés accusateurs ont tout fait pour proroger, encore une fois, la séance mais peine perdue. Ils ont utilisé toutes les accrobaties pour faire pencher la balance en leur faveur en jouant surtout sur l’opinion. Cependant, la majorité n’a pas bronché et soutient encore le président Moïse.

Après l’orage et la tempête, le calme. Le Bicentenaire chauffé dans un premier temps a été refroidi par des pluies diluviennes qui se sont abattues sur Port-au-Prince. 12 heures de débat dans des conditions extrêmement difficiles où régnait beaucoup plus du tohu-bohu que toute autre chose. Avec des coupures par-ci, par-là, des points de droit en veux-tu, en voilà, la sénénité n’était pas de mise. Finalement, le président Gary Bodeau, tel que l’on connait, a pu fermer les débats et évacuer la question de la mise en accusation.

L’un des députés accusateurs, Raynald Exantus, a fait savoir que le vote a violé les articles 117 de la constitution et 91 du règlement intérieur de la Chambre basse. Cependant, le président Bodeau a donc tancé que, selon l’article 150 du règlement intérieur de ladite Chambre, tous les députés inscrits sur le régistre d’appel doivent se prononcer au moment du vote, en cas d’absence, ils doivent donner mandat à un collègue pour voter pour lui. Cependant, le débat reste ouvert sur l’issue de cette séance et ce sera probablement le sujet à débat pour les prochains jours.

Related Posts