février 25, 2020
Actualités

Fifi n’aura pas de rose pour la Saint Valentin cette année.

Considéré dans de nombreux pays comme la fête des amoureux, le jour de la Saint-Valentin, le 14 février, n’a plus de sens comme avant en Haïti. Il s’est converti comme une véritable fête commerciale.

Ce jeudi 13 fevrier en prélude à la Saint Valentin, les va-et-vient dans les super marchés ne sont pas remarqués comme d’habitude. L’impact du pays lock, l’insécurité mais surtout le chomâge aigu, ne permettent pas aux jeunes de faire des achats comme leur semble, a lâché une jeune lycéenne.

Et pour cause, 390 gourdes soit $ 4.30 US c’est le prix unitaire d’une pétale de rose dans l’un des supermarchés à Pétion-Ville.

Une rose à la douce saveur, des oursons, paniers de fleurs enivrant ont tout pour plaire aux femmes selon les spécialistes. Les pétales de rose sont excellentes pour la santé car elles contiennent des prorpriétés anti-cancérigène a informé un specialiste en la matière.

Fifi, une jeune femme rencontrée dans un rayon, se plaint face à la montée vertigineuse du coût de la vie. La jeune universitaire dit ne pas espérer recevoir des roses pour la Saint Valentin, se désole-t-elle.

Son fiancé a été renvoyé, il y a 4 mois pour cause d’insécurité lors de la fermeture d’un hôtel à Pétion-Ville confie-t-elle avec une pointe d’inquiétude.

On se rappelle qu’il y a quelques années en Haïti certains couples profitaient de cette fête pour échanger des mots doux et des cadeaux comme preuves d’amour ainsi que des roses rouges qui sont l’emblème de la passion.

Cependant sur les réseaux sociaux, les propos de certains jeunes sceptiquent à la célébration de la journée du 14 février font croire qu’ils ne donneront pas de cadeaux cette année.

Frantz Romage

Related Posts