décembre 4, 2020
Actualités

Gracia Delva sur le banc des accusés

Le sénateur Gracia Delva se trouve dans de beaux draps. Selon les informations disponibles, il se peut qu’il soit impliqué dans, au moins, un cas d’enlèvement en complicité avec le chef de gang, Arnel Joseph. Ce dernier est, depuis son arrestation, sous le contrôle de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ). Et c’est le tonitruant, Pierre Espérance, Directeur Exécutif du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH), Pierre Espérance qui a en a fait l’annonce.

Cet enlèvement dont il est question est censé avoir lieu le 14 mars dernier, sur la personne d’un commerçant à Port-au-Prince qui revenait de Léôgane, ville dont il est originaire.

La victime a été conduite dans un premier temps au « Village de Dieu » avant d’être transférée à Marchand- Dessalines, un autre fief d’Arnel Joseph dans le département de l’Artibonite, selon ce qu’a fait savoir le militant des droits humains, monsieur Espérance. L’épouse de la victime est de Marchand Dessalines et le couple est aussi voisin du sénateur Delva à Vivy Mitchel. Le sénateur de l’Artibonite a été sollicité en vue d’aider la victime à recouvrer sa liberté. Le sénateur chanteur avait fait savoir qu’il ne pouvait rien faire. Alors que l’épouse de la victime a rapporté que Gracia Delva était en contact avec les ravisseurs et que le téléphone de la victime a été utilisé pour une conversation entre Arnel Joseph et monsieur Delva.

Les victimes n’ont recouvré leur liberté qu’avoir versé les sommes de 110 mille dollars US et 50 mille gourdes. 2 des employés de la victime étaient avec elle.

Le dossier a déjà été acheminé au Parquet de Port-au-Prince pour être confié à un juge d’instruction, si l’on en croit le numéro un du RNDDH. Le juge d’instruction aura à demander au président du Sénat, Carl Murat Cantave, de mettre le parlementaire en question à la disposition de la justice. Plusieurs organisations de droits humains ont envoyé une correspondance au président du sénat pour lui demander de mettre le sénateur Garcia Delva à la disposition de la justice haïtienne pour qu’il puisse répondre de ces accusations. Le chef du Parquet de Port-au-Prine, Paul Eronce Villard doit agir avec célérité dans le cadre de ce dossier qui s’avère important pour la République, a tancé le militant des droits humains.

La commission Justice et Sécurité du Sénat de la République, Jean Renel Senatus, avait, dans son rapport preliminaire, informé que son collègue Garcia Delva était de connivence avec le chef de gang Arnel Joseph avant son arrestation le 22 juillet dernier. Plusieurs appels télephoniques étaient passés entre eux. Ce qui avait fait tout un tollé. Le sénateur avait confirmé qu’il avait l’habitude d’appeler le puissant chef de gang, mais pour des questions ayant rapport à des activités culturelles.

Related Posts