août 2, 2021
Uncategorized

JOYEUX NOËL QUAND MÊME !

Une très longue fumée emmêle nos neurones. L’ombre géante tressaute dehors quand on est forcé de vider les rues. Le pays se tient de marbre face à une société désagrégée. Le temps n’arrête pas sa course. Les secondes, les heures, les jours, les semaines, les mois et les années dessinent encore les contours du calendrier de la vie. De nouvelles pages frappées à l’encre indélébile, grossissent constamment les rouleaux de notre histoire. Les événements se succèdent, les déboires se multiplient, l’incertitude s’installe.

Et notre garçon lui est toujours là : perdu, désemparé, damné… Un véritable rescapé des mésaventures de l’année dernière. On dirait que le mauvais sort lui colle à la peau. Lui qui pourtant s’est toujours accroché à la vie et qui aspire à un mieux-être, a constamment vécu dans un monde illusoire : son seul lieu de possibles, sa bulle de rêve, son idéal d’un lendemain meilleur. Il garde l’espoir, surtout en cette période de fête qui l’emporte toujours dans l’univers fantastique de son enfance. Adulte prématuré, il croit dur comme fer que l’esprit de Noël peut à nouveau manifester dans les cœurs, pour qu’enfin puisse opérer une transformation tendant vers le partage et l’amour pour tous : l’unique moyen pour lui d’étancher cette soif insatiable de reconnaissance qui le ronge depuis toujours.

Malheureusement la grogne cogne, les poings sont noués, les clivages mises en surbrillance, l’infime et évanescente entente se pâme dans sa fugue. Tout porte à croire que sa déception pourrait être plus grande cette année. Une fois de plus, ses desiderata aussi nobles qu’ils soient risquent de ne pas être concrétisés. Plongé dans son imagination, les faits saillants tout au long de l’année lui reviennent tel un tintamarre :

-La malveillance des politiques
-L’irresponsabilité des élites
-L’égo surdimensionné des uns et des autres…

Dans sa tête les souvenirs se bousculent. L’histoire de son voisin Paul qui s’est improvisé « locker » professionnel lui revient soudainement. « Barikad nou se avni nou » avait-il l’habitude de marteler. « Debri machin, kawotyou depatya, fatra melanje, blòk sou blòk… Se lòk pou lòk. »
C’est fou comme notre imagination ne connaît pas de limite !

Il se souvient également des promesses incessantes de constructeurs de la république annonçant un nouveau départ, un pays en l’air : certainement un bien meilleur où la population n’est pas pris en otage. Et oui ! Un pays meilleur mais seuls les garants du pouvoir y ont accès !

Et comme si cela ne suffisait pas, le garçon se remémore le confinement et ses contours, les moments forts de la pandémie du Covid-19 en Haïti. Un fléau redoutable qui secoue les plus grandes nations, mais qui jusque-là nous a étrangement épargné du pire.

Une trêve : c’est probablement l’un des cadeaux ultimes souhaités par nombreux de nos concitoyens en cette période de fin d’année, troublée par des crises de toute sorte. Comme Synthia, jeune écolière qui a participé aux examens officiels de la 9ème année fondamentale, n’a pu cacher sa joie suite à la publication des résultats par le ministère de l’éducation nationale. Elle a voulu profiter à fond avec ses amis de cet inattendu moment de réjouissance transformé en véritable « fiesta » au bord de la piscine, avec des boissons alcoolisés qui coulaient à flots, des mixes de DJ qui déchirent et du « rabòday » à profusion pour maintenir le rythme et l’ambiance… Que veut-on ? C’est la grande mode, non !

L’espace d’une seconde, un rapide frisson saisit le garçon comme pour lui rappeler que la brise de Noël peut encore faire de l’effet. Des images d’antan qui savaient autrefois donner à cette période unique son éclat ainsi que son allure grandiose lui reviennent :
-La passion des familles pour le décor des maisons
-Le challenge des institutions publiques et privées pour faire rayonner de mille feux leurs locaux
-La confection de fanaux mettant en exergue la créativité des plus jeunes
-La permanence des médias pour apporter l’ambiance de Noël chez la population à travers leurs émissions et leurs sélections musicales
-Les réveillons de fin d’année
-Les carillons
-Les pluies d’étoiles…
Tant de souvenirs à se mordre de remords.

Toutes ses pratiques et activités qui caractérisent cette fête et font d’elle une période spéciale, manquent terriblement au garçon. Il aurait voulu un saut du temps à rebours pour pouvoir revivre indéfiniment ces instants inoubliables qui ont égayé son enfance. Sa nostalgie n’a d’égal que sa ténacité et son obsession pour un Noël dans la joie, l’amour, le partage et la fraternité. Une confiance à toute épreuve doublée d’une détermination qui donnerait envie de croire au dernier des sceptiques. Et c’est justement cette motivation qui le pousse à adresser encore cette année une nouvelle prière au Père Noël :

« Tonton Nwèl mwen retounen nan pye w ankò ane sa, pou m mande w souple vire je gade nou. Nou santi n about nou pa kapab ankò anba pwoblèm tout kalte kap ravaje peyi a. Opere yon mirak lakay chak grenn ayisyen non Tonton Nwèl. Fè nou konprann nou tout nan menm bato a e si l koule, se nou tout kap peri. Mete lespri lanmou, la pè, fratènite ak la jwa lakay chak sitwayen kap viv sou bout tè sa.
Men tou Tonton Nwèl, pa kite charyo kòd la dèyè pou n ka mare tout san konsyans ki pa sispann toupizi pèp la anba mantò, kòd pou tout biznismann founisè lanmò kap simaye zam ak minisyon nan geto nou yo, kòd pou tout politisyen raketè tout plimay ki kontante yo sèlman fè lajan sou do pèp la, kòd pou tout kidanapè ak kadejakè kap pete zizye zantray popilasyon an…
Mèsi pa sifi pou m ta di w Tonton Nwèl, paske m gen konfyans fwa sa wap finalman reponn priyè m nan. »

Difficile de pousser un ouf de soulagement quand on se retrouve face à un tableau aussi sombre.
Difficile de rester serein quand l’anarchie fait loi.
Difficile de rêver quand les modèles se font rarissime.

De l’autre bout de la terre au pôle Nord, le Père Noël a déjà surement compris que ses longs traîneaux remplis de jouets sont loin d’être la priorité des petits, jeunes et moins jeunes de chez nous. Il s’est probablement dit que ce qu’il nous faut par-dessus tout c’est une bonne dose de conscientisation pour arrêter nos luttes intestines.

Noël n’entend pas visiter un pays où aucun décor pour la célébration n’est planté.
Un endroit où l’hospitalité a longtemps déserté.
Une société où les plus jeunes sont blets bien avant d’être mûrs…

Cependant tout n’est pas définitivement perdu. Il reste encore des passionnés qui espèrent que reviendront ses doux et agréables moments d’une époque magique qui apporte joie et réconfort, une époque où les étoiles scintillent dans le ciel pendant que les sapins de noël rayonnent dans les ménages et dans les cours, une époque où la joie qui imprègne les gens sera contagieuse et Noël aura toute sa signification.

Et c’est cet espoir là que veut garder le garçon. C’est cette sensation qu’il souhaite retrouver dans une société plus harmonieuse, épurée de ses vices les plus malsains…
Espérons que sa prière sera entendue. Car une année s’en va, une autre s’en vient. Noël est toujours à revivre !

Alain PIERRE

Related Posts