décembre 4, 2020
Actualités

La COPAH tire la sonnete d’alarme face à la crise socio-politique que traverse le pays

La Conférence des Pasteurs Haïtiens, (COPAH) a, dans une note rendue publique ce samedi 29 février, exprimé par voie de presse, sa plus profonde inquiétude face aux récents événements survenus dans le pays, notamement l’affrontent entre policiers et militaires au champs de mars la semaine écoulée.

Une situation chaotique qui, selon les responsables de ladite structure se détériore de jour en jour. 

“La crise socio-politique actuelle est née de l’incapacité du président de la République à mener au bon port la barque du pays. Résultat: phénomène de l’insécurité qui bat son plein dans la région métropolitaine et dans plusieurs autres villes du pays. Phénomène du kidnapping qui ne cesse d’inquiéter les familles haïtiennes, dysfonctionnement des institutions publiques, dégradation de l’environnement, désespoir total d’une jeunesse sans avenir.

“Le tableau représentatif de la nation est vraiment sombre, c’est totalement la pénombre” fustigent les révérends Abraham Loreston et Normil Dorvilas respectivement coordonnateur géneral et secértaire exécutif de la conférence des pasteurs Haïtiens.

Pour la COPAH, ces événements ne produisent que la décapitalisation et l’appauvrissement de nombreuses familles haïtiennes, l’augmentation de l’inflation à un rythme exagéré avoisinant les  22% comme conséquence, estiment ces pasteurs.
 
La COPAH constate également que l’exécutif a été incapable de trouver une solution même avec des politiciens alliés du pouvoir, la justice est instrumentalisée aux mains des hommes au pouvoir, ce qui ne fait qu’affaiblir d’avantage cette prestigieuse institution selon ce qu’ont déclaré les responsables.
“Le pouvoir en place sans légitimité, crée une psychose de peur aux opposants politiques afin, dit-il de mettre les bâtons dans leurs roues et les forcer à prendre le marquis. Tandis que des manitous du pouvoir dont Jovenel Moise lui-même, ont des démêlés avec cette même justice instrumentalisée et mal utilisée, certains des opposants ont pris le marquis, d’autres sont sur une liste d’interdiction de départ, dénonce la Conférence des pasteur Haïtiens.

La  COPAH  dénonce aussi la passivité des autorités du pays face à la recrudescence de l’insécurité dans le pays. Selon elle, plusieurs zones sont abandonnées au profit des bandits qui rendent la vie impossible à la population civile. Ces bandits qui terrorisent la population ont des ramifications avec les grands commis de l’État.

A en croire la COPAH, le phénomène du kidnapping qui prend chair dans la société est le résultat de l’insouciance des dirigeants du pays. Alors que plusieurs femmes  et enfants sont violés après leur séquestration, ni le Premier ministre de facto, ni le président inculpé ne se prononcent jusqu’à date pour annoncer des mesures concrètes en vue de faire échec aux actions des bandits qui fonctionnent en toute quiétude dans la société, déplorent les leaders évangéliques.

La conférence des pasteurs haitiens, dans cette meme note, s’associe à la cause des policiers qui réclament a cor et à cri le droit de syndiquer et de meilleures conditions de travail. Une situation qui selon eux montre l’incompétence du pouvoir en place qui, une fois de plus, ne s’est pas élevé à la hauteur de leurs responsabilités.

La COPAH invite le pouvoir à mettre tout en œuvre en vue de satisfaire les revendications des infatigables policiers qui travaillent dans des conditions désastreuses jour et nuit pour protéger les  vies et biens de la population. 

Tout refus de se statuer sur le sort des  policiers, aggravera davantage  la situation sécuritaire du pays déjà trop fragile.

Face à la non tenue des promesses rappelle aux policiers que le Président de la République est un expert des fausses promesses pour maintenir le statu quo. 
“Attention aux promesses adoucissantes qui seront suivies de congédiements et de repressailles” 

Cependant la Conférence des Pasteurs Haïtiens félicite le peuple haïtien qui, estime-t-elle, fait montre de grande  intelligence et de forte maturité  concluant  que le moment n’était pas opportun pour le plaisir du carnaval. 

Par conséquent, la COPAH encourage la population haïtienne à tenir ferme le flambeau de la mobilisation sur tout le territoire national jusqu’à la démission pure et simple du Président Jovenel Moïse.

Frantz Romage

Related Posts