mai 19, 2022
Actualités

Le voyage de John Joël Joseph d’Haïti à la Jamaïque a coûté 12,000 USD, selon le journal Jamaica Observer

Le voyage de John Joël Joseph d’Haïti à la Jamaïque a coûté 12,000 USD, selon le journal Jamaica Observer. L’ex-Sénateur a tenté de soudoyer les policiers lors de son arrestation, leur offrant 2 millions de dollars, rapporte le quotidien jamaïcain.

L’ancien sénateur de l’opposition haïtienne John Joel Joseph est l’un des trois principaux suspects recherchés dans le cadre de l’assassinat en juillet 2021 de l’ancien président haïtien Jovenel Moise.

Dans sa tentative d’échapper à l’arrestation et aux poursuites, Joseph aurait, selon les enquêteurs, payé 12 000 dollars américains pour se rendre en Jamaïque par bateau en décembre dernier. Il était accompagné de sa femme et de leurs deux enfants lorsqu’il a réussi le voyage ici, et a régulièrement payé des gens de la communauté du village de Warminster, près d’Alumina Partners, dans la circonscription de St Elizabeth South Eastern, pour garder son identité à l’écart du radar des fouineurs. , leur disant souvent qu’il voulait “trouver une vie meilleure ici”, suggéraient des informations parvenues au Sunday Observer.

Lorsqu’il a été détenu par la police, agissant sur un pourboire, Joseph aurait également offert 2 millions de dollars aux forces de l’ordre en guise de pot-de-vin.

Selon des sources du Sunday Observer, l’ancien législateur a supplié les policiers de ne pas permettre son expulsion, affirmant qu’il “serait tué” s’il devait être renvoyé dans son pays natal.

Le Sunday Observer a été informé que John Joel Joseph, qui n’a pas tenté de nier son identité, a été retrouvé avec une réserve de documents tous rédigés en français, que les enquêteurs examinent dans le but d’obtenir plus de détails.

Joseph, qui avait une prime de 3 millions gourdes sur sa tête, était enfermé dans une maison avec sa femme, qui serait avocate. Les enfants, dont l’un a 18 ans, dormaient dans une autre maison à proximité.

Jusqu’au moment de sa capture, vers 2 heures du matin, Joseph et sa famille étaient aidés par des gens de la communauté dans leurs activités quotidiennes.

Le Sunday Observer a été informé que l’ancien sénateur, qui est l’un des trois suspects pour lesquels la Police nationale d’Haïti (PNH) a émis trois avis de recherche en juillet de l’année dernière, a obtenu l’argent par l’intermédiaire de son co-conspirateur riche en espèces pour le voyage par bateau – un phénomène courant chez les Haïtiens, bien que beaucoup d’entre eux se dirigent vers la Jamaïque en raison des conditions économiques difficiles dans le pays francophone qui borde la République dominicaine et forme le pays d’Hispaniola.

Entre-temps, les responsables de l’application des lois des États-Unis et d’Haïti, qui ont été informés de l’évolution de la situation, ont dialogué avec la police jamaïcaine.

Plus tard samedi, l’identité de Joseph a été confirmée par des responsables haïtiens, a déclaré le Sunday Observer.

Et la police suit d’autres pistes d’enquête, car on pense que Joseph, qui a collecté de grosses sommes d’argent depuis qu’il est sur l’île, est soutenu par des individus bien connectés qui ont financé l’assassinat du président.

Moise a été tué le 7 juillet lorsqu’une équipe de frappe a fait irruption dans la résidence du président et lui a tiré dessus. Sa femme Martine a été blessée mais a survécu. La police judiciaire a interrogé au moins 21 gardes présidentiels présents lors de la nuit fatidique.

En juillet de l’année dernière, la Police nationale d’Haïti a émis trois avis de recherche pour des hommes qui, selon elle, sont accusés de “meurtre, tentative de meurtre et vol à main armée”.

Parmi les hommes figuraient l’ancien législateur, Rodolphe Jaar, homme d’affaires et gérant de plusieurs sociétés ; et Joseph Félix Badio, ancien cadre de l’Unité de lutte contre la corruption (ULCC).

Toujours en juillet de l’année dernière, la police a annoncé qu’un médecin basé en Floride avait été arrêté en lien avec le meurtre.

Plus tôt ce mois-ci, le Colombien Mario Antonio Palacios, arrêté en Jamaïque en octobre, était expulsé vers sa Colombie natale lorsqu’Interpol l’a informé lors d’une escale au Panama que le gouvernement américain l’extradait.

Palacios a été accusé de complot en vue de commettre un meurtre ou un enlèvement en dehors des États-Unis en relation avec l’assassinat du président Moïse.

L’ancien officier de l’armée colombienne, âgé de 43 ans, est également accusé d’avoir fourni un soutien matériel ayant entraîné la mort, sachant ou ayant l’intention que ce soutien matériel serait utilisé pour préparer ou exécuter le complot visant à tuer ou à kidnapper

Related Posts