octobre 23, 2019
Actualités

“Operasyon chèche Jovenel Moïse”: Et si c’était le sprint final…?

L’étau se reserre au fil des heures sur le président Jovenel Moïse. La population ne chôme pas. Elle réclame à corps et à cri le départ du président de la République. Si un calme apparent était remarqué au cours du week end écoulé, les esprits n’étaient dutout pas au repos. Certaines personnes ont tenté de faire des amplettes pour préparer la nouvelle semaine. Cependant, plusieurs foyers de tension pouvaient être remarqués particulièrement au niveau de Delmas à cause de l’assassinat de l’un des manitous de la base 47, Badou, réputé proche de Pitit Dessalines, membre de l’opposition politique.

La zone métropolitaine de Port-au-Prince se ressemble à un vaste dépotoire. Partout, des barricades se sont érigés et des piles d’immondices tâtent le cul du Bondieu. La ville est sale. Des bouchons un peu partout. Des files extrêmement longues sont remarquées avec des gallons bleus cette fois. Une pénurinie d’eau bat son plein sur Port-au-Prince, ce qui annonce le début d’une crise humanitaire.

Ce lundi 30 septembre, une manifestation est annoncée par l’opposition politique. Deux jours de grève sont aussi décrétés par la Bricade syndicale des transporteurs haïtiens. Les chefs de file du mouvement de l’opposition ont aussi lancé le mouvement “chèche Jovenel Moïse”. Le président de la République qui n’a fait aucune apparition en public depuis son adresse à la nation aurait pris le marquis selon eux.

Le discours dominant aujoud’hui est donc l’installation d’un président provisoire dans les jours à venir. Ils veulent faire feu de tout bois pour capoter le pouvoir de Jovenel Moïse. 3 semaines déjà depuis que le pays est en effervescence. Port-au-Prine est à feu et à sang et le pouvoir rose se montre incapable de trouver une issue à la crise. Jovenel Moïse ne peut plus tenir par le bon bout et cela semble vraiment la fin.

Related Posts