Accueil Actualités Sud’Est/Justice: L’arrestation de Joël Kawly, les proches dans la tourmente

Sud’Est/Justice: L’arrestation de Joël Kawly, les proches dans la tourmente

1269

Arrêté par les agents de BLTS après plus de 6 heures de perquisition en son domicile à la recherche de la drogue, les proches de Joël Kawly n’hésitent même une seconde de critiquer sans reserve cette arrestation illégale et arbitraire, disent-ils.

Lors d’une conférence de presse ce mardi 29 novembre 2022, l’ancien sénateur Edwin Daniel Zenny qualifie d’illégale et d’arbitraire l’arrestation de son beau-frère.
 » le bureau de lutte contre le trafic de stupéfiants (BLTS) et la justice ont agi sur de simple rumeurs » se rechigne Edwin Daniel Zenny qui dénonce les forces de l’ordre pour avoir maltraité son beau-frère Joël Kawly.
« Les agents du BLTS et de la DCPJ ont menotté Joël Kawly pour lui transporter dans un back pick up dans de condition infra-humaine jusqu’à carrefour Dufort », dénonce l’ancien maire de Jacmel.

Dans la foulée, en date du lundi 28 novembre les avocats de l’homme d’affaires ont sollicité une audience an Habeas Corpus de la part du tribunal de première instance de Jacmel, en faveur leur client, alors que le tribunal a de son côté exigé la présence physique du détenu. Selon les information dont dispose Radio Métronome l’interrogatoire du bureau de lutte contre le trafic de stupéfiants est déjà fini.
Maintenant il reste à savoir à part de détention illégale d’armes de guerre est ce que la police et la justice ont retenu d’autre chef d’accusation contre Joël Kawly.

Quant à Edwin Daniel Zenny, il pense que la justice haïtienne pourrait agir contre son beau-frère en déhors de la loi, à cause de la couleur de sa peau et son niveau de richesse. Aussi paradoxale que cela puisse paraître le commun des mortels quant à eux, croient que l’homme d’affaires trouvera sa liberté incessamment grâce à la couleur de sa peau et son niveau richesse.

Christophe Noël

Article précédentJoel Kawly, puissant homme d’affaires du Sud’Est, mis aux arrêts par la PNH
Article suivantUn billet à Jean Joseph-Renatho